Retrouver un travail  après 55 ans,  mission impossible ?
article abonné offert
Deuzio

Retrouver un travail après 55 ans, mission impossible ?

Pour revenir sur le marché de l’emploi, il faut mettre en avant ses compétences et son expérience, ne pas hésiter à être accompagné et, surtout, montrer sa motivation.

En Belgique, seulement 40% des personnes de plus de 55 ans sont toujours occupées à travailler (chiffres officiels datant de fin 2019). En ce qui concerne les autres, majoritaires quand même donc, on constate pas mal de découragement lorsqu’il s’agit d’essayer de se recaser. La recherche d’un nouvel emploi est parfois une première pour certains de ces travailleurs qui ont fait, jusque-là, leur carrière auprès d’un seul employeur. Démarches, travail sur soi et remise en question à faire, CV à rédiger, formations à suivre…: beaucoup sont perdus. D’aucuns baissent alors les bras, passant à côté de réelles possibilités de retrouver une activité, comme indépendant ou comme salarié, à plus ou moins court terme.

 

S’inscrire directement au chômage pour protéger ses droits

 

"La première chose à faire en cas de perte d’emploi, ceci étant d’ailleurs valable quel que soit l’âge, est de s’inscrire auprès d’un office régional de l’emploi, insiste Thierry Ney, porte-parole du Forem. Cela vous permettra d’être couvert, d’avoir droit à une indemnisation de chômage et, surtout, d’avoir accès à toute une série de services gratuits."

Une fois cette première démarche administrative réalisée, on peut lancer de manière effective la recherche d’un nouveau boulot. C’est là qu’intervient la notion essentielle d’accompagnement. Avec l’aide d’un conseiller (Forem pour la Wallonie, Actiris pour la région de Bruxelles-Capitale), le demandeur procédera prioritairement à un bilan. En gros, il devra résumer son parcours, ses expériences et réalisations, puis évoquera la direction qu’il entend donner à la suite de sa vie professionnelle.

"C’est assez essentiel car en fonction des réponses, la stratégie sera différente pour la poursuite du processus, explique notre interlocuteur. Après analyse des compétences et des souhaits de la personne, on pourra par exemple décider de mettre en place un programme de formations (il y en a 352 actuellement accessibles au Forem, toutes gratuites). Des gens qui se sentent largués au niveau des nouvelles technologies viennent souvent vers nous pour qu’on les remette en phase avec ce qui est demandé sur le marché. Et puis, il y a celles et ceux qui veulent se réorienter complètement…"

 

Montrer sa motivation à retrouver de l’emploi est primordial

 

Après le "savoir-faire" (compétences, expérience, remise à niveau via des formations), viendra le "faire savoir". Là aussi, le conseiller guidera au moment de la réalisation d’un CV et briefera le candidat avant les fameuses interviews d’embauche.

"L’essentiel est de montrer sa motivation, reprend Thierry

Ney. Le fait de pouvoir afficher sur votre CV des choses montrant que vous avez toujours voulu être au top dans votre domaine d’activité est très bien. Lors des entretiens, votre interlocuteur doit absolument sentir votre motivation, votre dynamisme. Il doit sentir que vous tenez à revenir sur le marché de l’emploi. Il faudra veiller à ce que vous visiez les bonnes cibles, les domaines qui vous conviennent. Maintenant, nos conseillers sont formés pour cela et sont en permanence rivés sur le monde du travail. Ils voient immédiatement, sur le moment, toutes les opportunités qui se rapportent à votre profil. D’où l’intérêt de cet accompagnement. Je vous le dis: pour le moment, il y a quelque 70 000 emplois libres en Belgique. La période est bonne pour retrouver un poste. Les compétences et l’expérience d’un senior motivé tombent souvent à pic..."