VIDÉO | «Ik wil een kind»: l’émission choc de VTM qui propose à des inconnus de concevoir et d’élever un enfant ensemble
Télévision

VIDÉO | «Ik wil een kind»: l’émission choc de VTM qui propose à des inconnus de concevoir et d’élever un enfant ensemble

Le 18 octobre à 20h35, VTM va dévoiler sa nouvelle émission «Ik wil een kind», qui veut réunir des parents en quête d’un enfant… sans se connaître ni entretenir une relation romantique. Une coparentalité consciente et programmée traitée sous l’angle de la téléréalité, ce qui fait débat en Flandre.

L’émission de la chaîne privée flamande propose à des personnes seules ou à des couples qui ne peuvent pas, pour des raisons médicales ou sociales (couple homosexuel, mère célibataire, etc.), avoir d’enfants d’opter, de manière consciente et programmée, pour la coparentalité.

On ne parle pas d’adopter ou de fécondation in vitro, mais bien de concevoir un enfant et de l’élever ensemble, sans entretenir de relation romantique.

Le nombre de parents n’est pas limité à deux personnes d’ailleurs, puisque deux couples peuvent y participer.

Ann Buysse, psychologue à l’Université de Gand, va guider les personnes dans cette émission présentée par Dina Tersago.

Le premier épisode, diffusé le 18 octobre, sera un épisode test pour trouver des parents désireux de participer au concept.

Très peu réglementé

Le programme, déjà développé au Royaume-Uni sur Channel 4 («Strangers Making Babies»), fait déjà polémique en Flandre avant même sa diffusion.

Au-delà de son format téléréalité, c’est l’éthique qui est bafouée selon plusieurs observateurs et personnes du monde politique.

D’autant que la coparentalité désirée, qui n’est donc pas celle relative à un divorce, n’est pas vraiment réglementée à l’heure actuelle. Le lieu de vie, les aides, l’éducation, les droits et les devoirs, toutes des questions qui ne sont pas encore réglées.

Le ministre flamand de la Jeunesse et des Médias Benjamin Dalle (CD&V) se demandait, comme le rapporte la VRT qui cite l’agence Belga, si cela était vraiment du divertissement. «L’intérêt de l’enfant doit toujours passer en premier et je crains que cela ne soit pas possible dans ce type de format.»

«Ils reçoivent les conseils nécessaires»

La porte-parole de VTM, Sylvia De Doncker, a défendu le programme. «Beaucoup de personnes choisissent la coparentalité consciente, même si ce n’est pas évident. Ceux qui le font ou l’envisagent se heurtent actuellement à un manque d’information, d’orientation et de soutien. Avec ce programme, VTM veut attirer l’attention sur cette lacune et offrir une alternative. Ils reçoivent les conseils nécessaires de psychologues, de spécialistes, de juristes et de médecins afin de garantir le bien-être de l’enfant», peut-on lire dans Het Laatste Nieuws.