article abonné offert
Brunehaut

VIDÉO | Le tag géant du menhir de Brunehaut a été sablé

Ipalle est intervenue ce jeudi matin pour effacer l’énorme tag découvert vendredi sur la pierre Brunehaut. L’auteur est toujours recherché. Quant à savoir à quelle heure et quel jour a été tracé ce tag, cela reste très mystérieux...

Benjamin Robette – faisant fonction de bourgmestre durant les congés du premier magistrat brunehautois – a sollicité l’intervention du service «anti-tags» de l’intercommunale Ipalle afin de venir à bout de celui découvert sur la pierre Brunehaut vendredi dernier.

Armé d’une aérogommeuse – pouvant se transformer en hydrosableuse au besoin – Kevin Bourdeaud’huy, responsable «Graffitis» chez Ipalle, fort de six années d’expérience dans le domaine, est intervenu ce jeudi.

VIDÉO | Le tag géant du menhir de Brunehaut a été sablé
L’opération est délicate car il faut attaquer la peinture sans abîmer la pierre… Photo: ÉdA

Comme le nom de l’outil le laisse supposer, il s’agit de faire disparaître le tag en projetant – au moyen d’air comprimé produit par un compresseur – du sable très fin sur la peinture.

Une opération particulièrement délicate dans le cas d’espèce, dans la mesure où il s’est attaqué ici à un monument classé qui ne pouvait subir aucune dégradation. Tout était question de dosage pour enlever la peinture sans attaquer la pierre.

L’auteur paiera, si on arrive à l’identifier, bien entendu…

Portant un équipement digne des meilleures séries anti-Covid, Kevin a débuté son intervention vers 9 h pour la clôturer environ une demi-heure plus tard.

C’est le cœur tracé sous le prénom «Mattéo» qui s’est avéré être le plus résistant car l’auteur avait semble-t-il pris soin de juxtaposer plusieurs couches de peinture pour le réaliser.

VIDÉO | Le tag géant du menhir de Brunehaut a été sablé
Kevin a six années d’expérience dans cette technique de sablage au sein de l’intercommunale. Photo: ÉdA

Mais Kevin en a vu d’autres dans ce métier qui l’amène, aujourd’hui encore, à réaliser chaque semaine deux ou trois interventions similaires, notamment à la demande de la ville de Tournai où une convention signée entre l’intercommunale et cette dernière assure la gratuité de ce type d’intervention, notamment pour les particuliers.

Ce n’est pas le cas à Brunehaut où, même la commune devra bourse délier pour ce gommage.

«Le devis qui nous a été remis fait état d’un montant de 310€ pour l’intervention de ce jeudi», nous a confié Benjamin Robette.

Le bourgmestre ff insiste toutefois sur le fait que la commune a la ferme intention de récupérer cette somme auprès de l’auteur des faits.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle une plainte a été déposée auprès de la police locale dans le but de l’identifier au plus vite, bien évidemment…

Une sanction financière supplémentaire sera vraisemblablement adressée au tagueur dans la mesure où il y a eu dégradation d’un monument patrimonial classé.

À propos de dégradations, à ceux et celles qui s’inquiéteraient des traces laissées par l’opération de sablage de ce jeudi, l’intercommunale Ipalle répond que les marques plus claires qui apparaissent sur la pierre s’effaceront très rapidement après quelques pluies.

Le menhir devrait donc retrouver assez vite sa patine verdâtre uniforme.

VIDÉO | Le tag géant du menhir de Brunehaut a été sablé
La tradition veut que, depuis plusieurs siècles déjà, des amoureux viennent graver leur nom et un cœur sur la pierre mais en veillant toujours à ne pas recouvrir les inscriptions faites par d’autres. Un code d’honneur que n’a pas respecté le tagueur. Photo: Com.

Dernière petite précision à l’intention de ceux – ou celles – qui souhaiteraient laisser une trace similaire à celle qui vient d’être effacée sur la pierre: le bourgmestre ff annonce que des patrouilles de police vont être renforcées dans le secteur.

L’installation de caméras de surveillance n’étant pas à l’ordre du jour. «Il faudrait alors en mettre partout», a conclu Benjamin Robette…

Un troublant timing

Rétroactes: vendredi, vers 18 h, Benjamin Robette se rend sur le site de la pierre Brunehaut pour constater de visu si ce qu’il a vu un peu plus tôt sur FB n’est pas une «fake news»: la pierre Brunehaut taguée.

La situation est malheureusement bien réelle et sans commune mesure avec celle qui s’était déjà présentée en 2016; un tag avait également été tracé sur la pierre mais celui-ci se voulait petit et discret. L’intervention d’Ipalle avait alors déjà été sollicitée.

En relisant ce qui a été diffusé sur FB, on constate que les premières photos du tag «Mattéo» ont été diffusées vendredi à 14 h 46 précises; les premiers commentaires sont quant à eux «tombés» trois minutes plus tard.

Or, nous avons reçu le témoignage d’un cycliste pipaisien qui, avec son groupe, a fait une halte au pied de la pierre, le vendredi à 16 h 45. Celui-ci est formel: «il n’y avait aucun tag sur la pierre ce jour-là, à cette heure-là. On est certain du timing à quelques minutes près, car on contrôle régulièrement nos chronos et nous roulons tous les vendredis…»

Bref, le mystère demeure tout comme celui de l’origine de la pierre le long de l’ancienne voie romaine, d’ailleurs…