Vaccination en province de Luxembourg: 12 réponses à vos questions
article abonné offert
CORONAVIRUS

Vaccination en province de Luxembourg: 12 réponses à vos questions

Dans un live Facebook avec notre rédaction vendredi matin, le Dr Guy Delrée, coordinateur de la vaccination provinciale et médecin généraliste, a répondu à vos questions concernant la vaccination.

 

1.Les jeunes adultes seront-ils vaccinés pour l’été?

 

Si aucune date n’est encore arrêtée, la vaccination des jeunes adultes semble en bonne voie. «Au vu de l’évolution du rythme de la vaccination, il est probable qu’ils reçoivent au moins leur première dose avant les vacances d’été.»

 

2.Y a-t-il un risque de vacciner les moins de 18 ans?

 

«Les études en cours sont plutôt favorables; je pense que le sujet va être abordé bientôt. Actuellement, le vaccin Pfizer est déjà permis dès 16 ans. D’autres études se penchent sur un vaccin pour les 12 ans et plus. Mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Il ne sera préconisé que quand on aura prouvé le bénéfice réel et l’absence de risques pour la santé.»

 

3.Je suis enceinte, est-il recommandé de me faire vacciner?

 

«Le vaccin est fortement recommandé par les gynécologues et les médecins. Idéalement un vaccin à ARN (Pfizer ou Moderna). L’idéal est de le faire dans le 2e trimestre.»

 

4.La vaccination impacte-t-elle la fertilité?

 

«Les réponses sont claires: les ARN messagers sont des vaccins purs qui ne représentent aucun danger et qui n’ont aucune interaction avec l’ADN. Ce type de vaccin n’est pas nouveau, les ARN non plus.»

 

5.J’ai eu le Covid après ma 1re dose, est-ce que je dois quand même prendre la 2e dose?

 

«Il faut tout de même se faire vacciner. Le fait de l’avoir eu confère une immunité plus courte dans le temps que le vaccin. Et ce même en cas de forte présence d’anticorps dans le sang chez certaines personnes. C’est vraiment important de faire les deux doses.» Si vous avez eu le Covid, il faut attendre 14 jours après la guérison pour se faire vacciner.

 

6.J’ai passé mon tour, mais finalement je veux me faire vacciner, que dois-je faire?

 

Si vous avez plus de 65 ans ou que vous faites partie des personnes à risques (présentant des comorbidités), vous avez dû recevoir votre invitation à vous faire vacciner. «Même si vous l’avez reçue il y a un moment, elle est toujours valable, vous pouvez donc l’utiliser maintenant. On remarque cependant que 5 à 10% n’ont pas reçu leur convocation même si toutes ont été envoyées.» Si c’est le cas, ou si elle est perdue ou ne fonctionne pas, il existe deux solutions pour prendre rendez-vous.

1. Téléphoner au call center de l’AViQ, qui s’occupe de la vaccination en Wallonie, au 0800 45 019.

2. Contacter votre médecin généraliste. «Il peut soit remettre le patient dans la liste des convocations soit l’inscrire directement pour un rendez-vous dans l’un des centres de vaccination de la province. Et depuis peu, il a également la possibilité de réactiver les codes permettant de prendre rendez-vous s’ils ne sont plus valables.»

 

7.Le vaccin Astra Zeneca est-il sûr?

 

Guy Delrée tient à rassurer les citoyens inquiets à propos du vaccin Astra Zeneca. «C’est un très bon vaccin. En janvier, alors qu’on vaccinait avec Pfizer, j’ai dû convaincre des patients qui n’étaient pas rassurés et voulaient Astra Zeneca; maintenant, c’est l’inverse! Il faut réaliser que les séquelles du Covid sont beaucoup plus importantes et plus graves que les possibles effets secondaires qui peuvent survenir suite au vaccin. Et je ne parle même pas des effets du Covid sur la santé mentale, notre économie, la culture, etc.» Pour lui, le mauvais procès fait à l’Astra Zeneca n’est pas justifié. «Quelle tempête pour de rares cas de thromboses, alors que la pilule contraceptive en cause bien plus (NDLR: 60 fois plus d’après l’OMS). Et soyons honnêtes, nous prenons chaque jour bien plus de risques en conduisant, en prenant des médicaments qui peuvent aussi avoir des effets secondaires, ou en fumant! Fumer est bien plus nocif, c’est prouvé. Les citoyens doivent regarder la balance bénéfices/risques. »

 

8.Quelle est la durée d’immunité des vaccins?

 

On ne connaît pas encore la durée d’immunité du vaccin. «Nous n’avons pas assez de recul, mais on voit en tout cas que les premiers vaccinés ont toujours une excellente immunité.»

 

9.À quel pourcentage est-on immunisé avec la vaccination?

 

«95% pour les formes graves. Mais une personne vaccinée peut être contagieuse et contracter une forme asymptomatique ou avoir des symptômes légers comme un rhume, etc., dans 20% des cas. Il faut donc attendre d’atteindre une couverture vaccinale suffisante; c’est pour cela que l’on conserve les gestes barrières actuellement, même pour les gens vaccinés. À terme, la minorité de gens qui ne seront pas vaccinés courra le risque d’attraper le Covid par des gens vaccinés et qui seront asymptomatiques.»

 

10.Les vaccins sont-ils efficaces contre les variants?

 

«Jusqu’à maintenant, le vaccin est efficace contre les principaux variants; même s’il y a des craintes avec ceux plus résistants comme le brésilien qui fait perdre de quelques% l’immunité. Mais on peut adapter le vaccin à ces variants.»

 

11.J’ai eu de gros effets secondaires à la première dose, en aurais-je à la seconde dose?

 

Certains effets secondaires sont possibles, comme de la température, des courbatures, etc. «Ils durent 24 h environ, maximum 3 jours. Si on en a eu à la première dose, on peut en avoir aussi à la 2e injection. Mais ce n’est pas inquiétant! Ces effets sont une réponse immunitaire de notre corps tout à fait normale. Ils ne sont pas agréables, mais les conséquences et les séquelles du virus sont bien pires.»

 

12.Pourquoi me faire vacciner si je ne suis pas à risque?

 

Certains ne veulent pas se faire vacciner car ils ne sont pas à risque ou ne se sentent pas concernés. «Nous devons tous être acteur de la solidarité, et ne pas se reposer sur les autres.»

Pour lui, les raisons de se faire vacciner sont multiples: «Pour se protéger soi-même, d’abord. Il ne faut pas croire, il y a aussi des jeunes de 20 à 40 ans aux soins intensifs, même si c’est une minorité. Également, pour protéger les autres, par solidarité pour limiter la propagation et protéger les plus faibles (par exemple ceux qui ne peuvent se faire vacciner à cause de contre-indications). On peut aussi le faire pour pouvoir à nouveau voyager, pour reprendre une vie culturelle et événementielle, par solidarité avec les secteurs qui souffrent de cette crise… Il faut aussi prendre conscience du fait que tant que les hôpitaux restent mobilisés pour le Covid, elles le sont moins pour d’autres personnes souffrant d’autres pathologies (détection tardive, interventions décalées, etc.). Les raisons ne manquent pas et une seule suffit à elle seule à se vacciner.»

Retouvez tout le FacebookLive ci-dessous: