Huy et Wanze: Non, Léon n’est pas décédé
Léon Jamart était encore sur Huy jusqu’il y a quelques années, avant de partir sur Liège et d’y vivre dans la rue.Crédits: heymans
article abonné offert
WANZE/HUY

Huy et Wanze: Non, Léon n’est pas décédé

Léon Jamart est-il décédé? L’info a circulé à une vitesse folle hier soir, relayée par les réseaux sociaux. Mais non, elle était fausse. Léon Jamart est toujours de ce monde.

Il fait partie de ces personnes qu’on a toujours vues au détour d’une rue. A Huy jusqu’il y a quelques années encore. Depuis toujours Léon Jamart, cet homme aujourd’hui quasi septuagénaire qui s’habille de vêtements aux couleurs et styles improbables, déambulait dans les rues et y ramassait tout ce qu’il trouvait. Passant de l’un à l’autre, et venant aussi réclamer à la rédaction son journal. De Huy, il était passé à Liège où il vivait dans la rue, aidé par les associations qui soutiennent les sans-abri et leur fournissent des repas. Il revenait une ou deux fois par semaine à Huy et dans la région. Nombreux sont ceux qui, au fil des ans, ont tenté de l’aider, l’ont accueilli chez eux mais le tempérament de Léon est tel que les cohabitations ne duraient qu’un court laps de temps.

Vendredi soir, une de ces associations liégeoises d’aide aux sans-abri, Coeur SDF, a publié sur son profil Facebook l’annonce de son décès. Suivie d’un hommage très touchant comme l’est l’homme. Et l’information a été reprise tout aussi vite par les nombreux groupes communaux créés sur Facebook. Sur Liège mais aussi sur Huy et sur Wanze.

Alors non, Léon Jamart n’est pas décédé. L’association qui a diffusé l’info l’a rapidement démentie. «On a supprimé le post comme on pouvait, explique aujourd’hui une bénévole, de Coeur SDF. L’information m’avait été donnée par un bénévole, on a voulu lui rendre hommage trop vite.» Et d’expliquer que Léon Jamart est désormais interné, depuis un an, dans un centre psychiatrique. «J’ai eu une personne du centre en ligne qui m’a confirmé qu’il va très bien. Il m’a d’ailleurs dit qu’il allait lui montrer l’hommage et la réaction des gens. Je suis certaine que cela va le toucher.»

On ne verra plus Léon Jamart dans les rues de Huy certainement. Mais simplement parce qu’on prend désormais soin de lui dans un centre où il a pu trouver un refuge.