Coronavirus dans les maisons de repos: «Un blocage» du personnel soignant wallon et bruxellois à se faire vacciner
Selon les chiffres publiés par Sciensano, «près de 9 résidents sur 10» ont été vaccinés dans les maisons de repos. Par contre, la tendance est différente au sein du personnel soignant.Crédits: BELGA (Illustration)
Coronavirus

Coronavirus dans les maisons de repos: «Un blocage» du personnel soignant wallon et bruxellois à se faire vacciner

D’après des chiffres publiés ce vendredi par Sciensano, le personnel des maisons de repos et de soins installées à Bruxelles et en Wallonie est le plus réticent à se faire vacciner contre le SARS-CoV-2.

La campagne de vaccination dans les maisons de repos et de soins a fait l’objet d’une analyse de l’Institut de santé publique, ce vendredi matin, lors d’une conférence de presse.

Selon les chiffres publiés par Sciensano, «près de 9 résidents sur 10» ont ainsi été vaccinés entre la fin décembre et le 24 mars. Ce qui constitue, d’après les experts, «un très bon résultat».

+ VIDÉO | Coronavirus : « La baisse attendue n’a pas lieu », déplore Sciensano

Toutefois, le vaccin ne semble pas avoir convaincu tout le monde au sein des homes du pays. À commencer par le personnel soignant de ces établissements…

En effet, bien que 77% du personnel employé dans les maisons de repos se soit déjà fait vacciner contre le coronavirus, des disparités évidentes apparaissent entre les régions. Ainsi, là où 86,5% des soignants flamands ont été vaccinés, ils ne sont que 64,9% à l’avoir été en Communauté germanophone, 58,2% en Wallonie et 47% à Bruxelles.

«Pourtant, la campagne de vaccination a eu des bénéfices…»

D’après Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, «cette tendance s’observait déjà par le passé», lors des campagnes de vaccination contre la grippe, par exemple.

«On se rend compte qu’il n’y a pas de raisons médicales qui expliquent ce choix, poursuit le virologue. Il y a donc un blocage par rapport à la vaccination chez ces personnes. Pourtant, la campagne de vaccination a eu des bénéfices évidents dans les maisons de repos et de soins…»

+ INFOGRAPHIES | L’évolution des cas de coronavirus dans votre commune depuis janvier

Des foyers épidémiques de plus en plus rares, des résidents de moins en moins infectés, des seniors de plus en plus résistants et de moins en moins souvent hospitalisés… Sciensano assure que c’est la vaccination qui permet aux maisons de repos de ne plus être victimes «des hécatombes des mois précédents».

Reste à voir si cela suffira à convaincre les plus récalcitrants à se faire vacciner.