SANTÉ

VIDÉO | Coronavirus: «La baisse attendue n’a pas lieu», déplore Sciensano

L’Institut de santé publique s’inquiète de l’évolution actuelle des tendances «Covid» et appelle les Belges à poursuivre leurs efforts.

Si l’optimisme régnait il y a encore quelques jours au sein de Sciensano, ce n’est désormais plus le cas.

Lors d’une conférence de presse organisée ce vendredi matin, l’Institut de santé publique a ainsi fait part de ses craintes sur l’évolution des tendances «Covid».

+ À LIRE AUSSI | Près de 240 admissions « Covid » en moyenne par jour à l’hôpital

«Si nous avions des signaux lumineux au vert depuis plusieurs semaines, c’est désormais l’incertitude qui prédomine, a résumé Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus. La baisse significative attendue n’a pas lieu.»

Outre la hausse importante des contaminations et la légère augmentation du nombre de décès imputés au SARS-CoV-2, les experts s’inquiètent de plus en plus du nombre de patients «Covid» admis dans les hôpitaux au cours des dernières semaines.

+ À LIRE AUSSI | Le variant brésilien, nouveau caillou dans notre chaussure ?

«Les nouvelles hospitalisations restent à un niveau trop élevé, martèle Sciensano. On peut toujours ajouter des lits mais il est impossible de former du personnel compétent aussi rapidement.»

Pourtant optimistes quant à l’accélération du rythme de la campagne de vaccination, les experts invitent chacun à «donner un coup de pouce pour aider les courbes à repartir à la baisse». En respectant les mesures sanitaires, forcément. Et en continuant de se faire tester par des professionnels de la santé.

+ À LIRE AUSSI | Coronavirus dans les maisons de repos: «Un blocage» du personnel soignant wallon et bruxellois à se faire vacciner

«Ces deux dernières semaines, on observe une forte diminution du nombre de tests effectués. Nous sommes passés de plus ou moins 70.000 tests réalisés chaque jour à 40.000 tests quotidiens. Pourtant, le taux de positivité n’a jamais été aussi important depuis 5 mois puisqu’il atteint actuellement 9,5% alors qu’il était à peu près de 7%» il y a encore quelques semaines. «Cela signifie bel et bien que du virus que nous n’avons pas détecté circule encore et toujours.» Et que des gens contaminés passent encore entre les mailles du filet.

«Si vous avez des symptômes, faites-vous tester par un professionnel, rappelle Yves Van Laethem. N’utilisez pas un autotest si vous avez des symptômes (du Covid-19, NDLR) car il ne va pas détecter toutes les personnes positives. L’autotest est plus adapté à des situations intermédiaires, quand vous n’avez pas de symptômes mais que vous comptez rencontrer des gens. Dans ce cas, un autotest négatif est un confort car il signifie que vous n’êtes pas un danger pour eux. Mais l’autotest ne permet pas de dire que vous n’êtes pas contagieux et que vous êtes dispensé de respecter les mesures sanitaires.»