Yvon Englert: «Pas d’incidence sur la campagne actuelle»
Yvon Englert.Crédits: BELGA
CORONAVIRUS

Yvon Englert: «Pas d’incidence sur la campagne actuelle»

«La décision de limiter le vaccin AstraZeneca au plus de 56 ans me paraît sage dans l’attente d’obtenir plus de clarifications de la situation», a expliqué mardi soir sur les ondes de la RTBF Yvon Englert, délégué général Covid-19 en Wallonie.

«Les complications sont certes très rares, mais il faut tenir compte qu’elles sont sévères. Cette décision permet de continuer la campagne de vaccination dans la sérénité, ce qui me paraît important.»

Yvon Englert se dit cependant serein quant à la poursuite de la vaccination et de l’adhésion du public. «Nous devons continuer à expliquer les raisons pour lesquelles il n’y a aucun doute que la vaccination par tous les vaccins disponibles aujourd’hui vaut mieux que de ne pas être vacciné du tout et que le bénéfice pour toute personne qui se fait vacciner est largement supérieur à tous les risques possibles.»

«La limite d’âge ne devrait pas ralentir la vaccination, du moins sur le court terme. Nous vaccinons actuellement des personnes de plus de 55 ans dans la grande majorité. De plus, les livraisons annoncées par AstraZeneca dans les prochaines semaines étaient particulièrement faibles. À plus long terme, nous devrions cependant avoir un ralentissement par rapport à la situation prévue initialement.»

 

 

«Ce jeudi et les prochains jours, dans tous les centres de vaccination de Wallonie, on accueillera les personnes comme c’était planifié. Pour les quelques centaines de personnes âgées de moins de 56 ans qui avaient déjà leur rendez-vous dans les trois prochaines semaines et devaient recevoir le vaccin AstraZeneca, on leur administrera un vaccin alternatif (NDLR. Pfizer ou Moderna). Donc, la campagne ne sera pas modifiée sur le court terme. Si, la période de limitation de 4 semaines devait être prolongée, nous réévaluerons la situation.»

 

La campagne ne sera pas modifiée sur le court terme

 

Et pour ceux qui ont déjà eu une dose?

Aucune décision n’a encore été prise pour les personnes de moins de 56 ans qui doivent encore recevoir la deuxième dose d’AstraZeneca. «Ces personnes n’ont leur second rendez-vous qu’à la mi-mai, puisqu’il y a 12 semaines entre les deux doses d’AstraZeneca. Nous avons pris contact avec les Anglais qui ont une avance sur nous et ont déjà commencé à administrer la seconde dose. Leurs retours par rapport à la seconde dose seront donc intéressants. Nous aurons donc la possibilité de proposer une stratégie sûre et correcte.»

L’administration d’une deuxième dose d’un autre vaccin est une des pistes suivies. «Mais il n’est pas sûr que le risque de thrombose soit le même lors de la seconde dose. Comme d’autres effets secondaires de médicaments, si on ne fait pas une thrombose à la première à la première injection, vous ne le faites plus à la seconde dose. Nous allons donc examiner ces pistes étudiées par nos collègues du Royaume-Uni.»