Les travailleurs de laboratoires d’Epicura en service minimum
Les labos d’Epicura manquent de personnel, mais le recrutement est difficile…Crédits: BELGA
BORINAGE

Les travailleurs de laboratoires d’Epicura en service minimum

Lors d’un arrêt de travail, les militants de la CNE ont manifesté leur mécontentement envers la direction d’Epicura quant au manque de personnel dans les labos. Où des postes restent désespérément vacants…

Les travailleurs affiliés à la CNE des laboratoires d’Epicura ont observé jeudi un arrêt de travail pour dénoncer le manque d’effectif au sein de leurs équipes. Le mouvement, lancé par la CNE, s’est décliné en un service minimum jeudi dans les laboratoires.

«Le problème est l’emploi dans les laboratoires d’Epicura», a indiqué Éric Caudron (CNE). «Il manque des bras pour bien organiser le travail, bien respecter les horaires, les temps partiels, les crédits-temps, pour considérer les malades de longue durée qui ne sont pas remplacés. Avec l’augmentation du Covid-19, la charge de travail devient extrême et la politique d’embauche n’est pas là. Le personnel a donc voulu marquer le coup en prévision de notre prochaine rencontre avec la direction.»

Une réunion entre direction et syndicats, prévue de longue date, est à l’agenda du 26 octobre.

Selon la direction de l’hôpital, la réalité est autre. «Il y a une pénurie de technologues de laboratoire qui n’est pas propre à Epicura», a expliqué Delphine Cauchies, de la cellule communication d’Epicura.

«La pénurie est criante, tout comme celle de personnel infirmier qui n’est pas non plus propre à Epicura. Je veux souligner que nous avons en permanence des offres d’emplois ouvertes pour ces postes.»