Virton veut assigner Charleroi et l’Union Saint-Gilloise en justice suite aux départs de Moris, Lapoussin et Ribeiro
Anthony Moris a filé vers l’Union Saint-Gilloise, la direction virtonaise ne l’entend pas de cette oreille.Crédits: ÉdA Mathieu Golinvaux
FOOTBALL

Virton veut assigner Charleroi et l’Union Saint-Gilloise en justice suite aux départs de Moris, Lapoussin et Ribeiro

L’Excelsior Virton a annoncé qu’il avait l’intention d’assigner en justice le Sporting de Charleroi et l’Union Saint-Gilloise, suite aux recrutements de Moris, Lapoussin et Ribeiro.

La saga virtonaise se poursuit. Le club gaumais n’approuve pas le recrutement de plusieurs de ses joueurs par d’autres clubs. Ainsi, les signatures d’Anthony Moris et de Loïc Lapoussin à l’Union Saint-Gilloise ont été officialisées hier alors que la rumeur envoyant Lucas Ribeiro Costa au Sporting Charleroi a été confirmée ce matin.

Et l’Excelsior Virton n’a pas tardé à réagir en publiant un communiqué sur son site internet. Communiqué dans lequel il annonce avoir mis en demeure les deux clubs concernés, avec l’intention de les assigner en justice «en cas de non-paiement», réfutant la légalité de ces recrutements.

Voici le communiqué:

«En parfaite violation tant du droit belge que des dispositions réglementaires de l’URBSFA et de la FIFA, l’Union Saint-Gilloise, d’abord, et le Sporting de Charleroi, ensuite, se sont crus autorisés à engager des joueurs sous contrat avec le RE Virton.

Hier, c’est le Sporting de Charleroi qui a annoncé le recrutement de Lucas Ribeiro Costa.

Ainsi donc, et c’est un comble, c’est Robert (Mehdi) Bayat, Président de l’URBSFA, qui n’hésite pas à violer ouvertement les règlements de l’association qu’il préside (et donc l’intérêt général) afin de favoriser les intérêts (particuliers) du club qu’il dirige! Cela constitue une xe manifestation de ce conflit d’intérêts majeur qui pourrit la gouvernance du football belge.

Le RE Virton a mis l’Union Saint-Gilloise et le Sporting de Charleroi en demeure de verser les indemnités légales dues (à titre d’exemple, 350.000 EUR en ce qui concerne Lucas Ribeiro).

En cas de non-paiement dans le délai de huitaine imparti, le RE Virton assignera immédiatement ces clubs et leurs dirigeants devant la Fifa, la CBAS ou tout autre tribunal compétent.»