CORONAVIRUS

Le contrat avec ZenTech revu?

L’État belge a conclu avec ZenTech un contrat de fourniture de 3,65 millions de tests sérologiques rapides (une goutte de sang suffit pour déterminer la présence d’anticorps au Covid-19).

Mais à ce jour, aucun euro n’a encore été versé à l’entreprise liégeoise, qui dispose d’un stock de 450 000 tests prêts à être livrés. À qui? «La ministre Maggie De Block ne nous a toujours pas fait parvenir la liste des bénéficiaires de ces tests», répond le porte-parole de ZenTech, Éric-Louis Poskin, précisant que l’entreprise respecte l’interdit des autorités de livrer en direct aux laboratoires. «Il faut passer par Sciensano».

«La pensée change»

Hier, le ministre Philippe De Backer laissait entendre que le contrat signé avec ZenTech, qui représente une valeur de 15 à 20 millions, allait «être revu». «La pensée autour de ces tests sérologiques est en train de changer», souligne le ministre. Les dernières analyses, dit-il, montrent que les anticorps au Covid-19 disparaissent après quelques mois. Les détecter, dans l’idée d’établir qui exactement a été contaminé au coronavirus, serait donc peu intéressant, en dehors de quelques groupes cibles.

«À leurs risques et périls»

«Personne ne sait vraiment, pas plus qu’on ne sait comment évolue et se comporte ce virus», rétorque le porte-parole de ZenTech, soulignant que son test rapide, «l’un des plus précis du marché», a fait la preuve de sa fiabilité. On peut aussi se demander, en cas de vaccin, si la détection rapide des anticorps ne sera justement pas un élément essentiel à prendre en compte.

ZenTech ne compte pas se laisser faire. «S’ils veulent rompre le contrat, c’est à leurs risques et périls. Qu’ils essaient de venir. On peut négocier l’exécution du contrat, les délais, mais l’État belge l’a signé en bonne et due forme. Un contrat est un contrat. Nous, on a répondu à toutes leurs demandes. On a respecté les termes et les délais d’urgence fixés par le gouvernement.»

300 000 tests réalisés

Plus de 300 000 tests sérologiques ont déjà été effectués en Belgique, précisait le ministre, plusieurs études épidémiologiques étant en cours. Et tout Belge a la possibilité, en passant par son généraliste, d’obtenir un test sérologique. Y compris un test rapide, «capable de mesurer à la fois les anticorps igG et les igM, (NLDR: qui détectent si vous êtes encore contaminant) ce que les tests en labos ne peuvent pas réaliser», précise le porte-parole de ZenTech.