Marc nettoie la Meuse  - en kayak
Avec une pince, Marc retire les déchets de l’eau et les emporte dans son kayak.Crédits: ÉdA - Florent Marot
article abonné offert
ENVIRONNEMENT

Marc nettoie la Meuse - en kayak

Depuis presque 9 ans, Marc sillonne la Meuse en kayak, à La Plante (un quartier de Namur), pour en retirer les déchets.

Quelle que soit la saison, par tous les temps ou presque, Marc nettoie la Meuse en kayak: «J’ai vu un cygne s’étouffer après avoir mangé de la frigolite. Je l’ai vu agoniser pendant dix minutes puis mourir. C’était affreux. » Depuis, il sort des déchets de l’eau presque tous les jours de l'année, en kayak: «Je fais ce que la nature ne peut pas faire elle-même. Je mets de la joie dans la nature et ça me donne de la joie.»

Des canettes, du plastique, de la frigolite, des trottinettes, des vélos… Marc trouve de tout dans le fleuve. Mais avant d’arriver dans l’eau, ces détritus sont à terre. Il faut nettoyer là aussi. «Du 1er au 7 de chaque mois, je parcours les berges et les bords de la route à pied. Je ramasse notamment les mégots de cigarette. Le reste du mois, je suis sur l’eau

Au milieu de la Meuse, à cet endroit de Namur, se trouve l’île Vas-t’y-Frotte. «Chaque année, en hiver, des animaux nagent pour y aller: sangliers, chevreuils… Puis ils repartent au printemps. Il y a des castors et des renards, aussi. Et des oiseaux. Quand ils ramènent des branches pour faire leur nid, les oiseaux rapportent aussi des petits bouts de plastique. Mais ça refroidit le nid et ça tue les petits. Tous les ans, au printemps, je retire les plastiques des nids. Mais cette année, à cause du confinement, je n’ai rien pu faire. C’est une catastrophe pour la nature!»

Plus de 140 drapeaux

Les passants saluent tous Marc: «Tout le monde me connaît. Même aux péniches, je fais signe!»

Il faut dire que le kayak de Marc ne passe pas inaperçu. Il arbore chaque jour un drapeau différent, en fonction de l’actualité: fête nationale, événement spécial… «J’ai les drapeaux de 140 pays et des drapeaux d’autres régions. Ce sont les gens qui me les ont offerts, en général. »

Parfois, Marc surprend des personnes en train de jeter des choses dans l’eau: «Quand j’en vois, je prends mon sifflet ou ma flûte, je fais du bruit et je crie: «Pollueurs, pollueurs!» pour leur faire comprendre

Sensibiliser, faire comprendre… Marc rêve de faire changer les choses. Il a l’intention d’organiser des actions: donner rendez-vous aux gens pour ramasser les détritus sur le sol, créer des poubelles humoristiques… Histoire que la nature se porte mieux.