• Les fêtards ont complètement nettoyé les lieux avant de s’en aller. Difficile d’imaginer qu’ici une free party a réuni 3 000 personnes.
YVOIR

DIAPO| Retour à la normale aux Sources de Spontin: «Ce n’était pas une rave mais une free party»

Le site des Sources nettoyé, la quiétude retrouvée. Seuls restaient quatre fêtards, dont un Espagnol et un Belge. Rencontre pour tenter de cerner le phénomène.

Le calme est revenu, lundi matin sur le site des Sources de Spontin. Difficile d’imaginer les 3 000 ravers qui, 24 heures plus tôt, dansaient aux rythmes de la musique électronique. Le site désaffecté avait non seulement retrouvé sa tranquillité, mais aussi sa propreté. Seuls deux motorhomes témoignaient des récents événements. À l’intérieur de l’un d’eux, Pablo et Fred (prénoms d’emprunt). Le premier vient d’Alicante (Espagne) et effectue un tour d’Europe, le second est un copain belge.

Impressionnant, ce nettoyage effectué en quelques heures.

Fred: C’est la moindre des choses. On investit un lieu pour faire la fête. On le restitue dans l’état dans lequel on l’a trouvé. Cela fait partie de notre philosophie. Tout le monde participe et aide les organisateurs, c’est normal

L’organisation semblait particulièrement impressionnante avec, notamment, ce mur d’enceintes long d’environ 50 m sur 2 m de haut. Exceptionnel?

Pablo: C’était du matériel amené non pas par un sound system (groupe d’individus qui met à disposition son matériel de sonorisation mobile), mais par plusieurs, dont un Hollandais. Tous étaient réunis en collectif pour un anniversaire spécial

Une sorte de grande rave party européenne?

F: Pas une rave, mais une free party. C’est moins encadré qu’une rave, il n’y a pas de droit d’entrée. C’est une fête libre.

P: La liberté dans la fête

Mais aussi illégale!

F: L’illégalité n’est pas un choix, mais une obligation en Belgique. Que l’on nous fournisse des lieux où organiser pareille fête sans contrainte. Cela se fait en Tchéquie!

P: En fait, nous aimons nous retrouver ensemble, nous amuser autour de la musique underground, la tekno avec un «k», à savoir la musique électronique non commerciale

F: Avec un leitmotiv: «Prends soin de toi et te ton prochain ». Si quelqu’un a un problème, ses voisins l’aident. Il existe une grande solidarité au sein de la communauté

Difficile de faire abstraction des produits stupéfiants…

F: Cette image nous colle à la peau, souvent par méconnaissance. C’est clair qu’il y en a. Pas sûr que cela soit pire qu’à certains festivals

P: Nous sommes aussi des personnes responsables, vous savez. S’il faut dormir sur place, on le fait.