• Philippe Roufflear passera les prochaines décennies en prison, le jury l’a condamné à la perpétuité.
SOUMAGNE

Philippe Roufflaer condamné à la perpétuité pour l’assassinat de ses filles

Philippe Roufflaer a été condamné à la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Les jurés ont tenu compte de la gravité extrême des faits.

Le verdict du procès de Philippe Roufflaer est tombé ce jeudi peu avant midi: le Liégeois de 42 ans est condamné à la peine de réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat de ses deux filles le 30 décembre 2016. La veille, mercredi, il a été reconnu coupable – à l’issue d’une première délibération de cinq heures – d’avoir commis les assassinats de Loana (8 ans) et Naora (11 ans), et l’incendie volontaire de la maison qu’il occupait.

Les faits reprochés à Philippe Roufflaer se sont déroulés à Soumagne, rue Rosa Luxembourg (à un virage de Herve), le matin du 30 décembre 2016. Roufflaer a donné la mort à ses deux filles et incendié la maison qu’il occupait avant de tenter de mettre fin à ses jours. Loana a été étranglée à l’aide d’une corde tandis que Naora a été égorgée de manière extrêmement profonde.

Des aveux dès le premier jour

Depuis le début de l’enquête, l’accusé a nié les faits, prétendant encore quelques jours avant l’ouverture de son procès qu’ils avaient été commis par trois individus qui l’avaient attaqué en pleine nuit. Au premier jour de son procès (le lundi 8 octobre), interrogé par le président Philippe Gorlé, il a formulé de premiers aveux en reconnaissait qu’il était bien l’auteur des faits. Il a toutefois ajouté qu’il ne se souvenait de rien sur la matérialité des actes posés.

Au quatrième jour du procès, Philippe Roufflaer a réclamé la parole pour formuler de nouveaux aveux. Il a alors révélé la manière dont il avait tué ses filles. Sans évoquer la préméditation, il a soutenu qu’il était entré dans une logique de suicide la nuit des faits. Il a précisé qu’au dernier moment, il a décidé d’emporter ses filles avec lui. Loana a été étranglée à l’aide d’une corde tandis que Naora a été égorgée avec un couteau. À l’inverse de ses filles, l’accusé n’est finalement pas décédé, même s’il a été sérieusement intoxiqué par les fumées de l’incendie qu’il a déclenché pour essayer de mettre fin à ses jours.

Marianne Lejeune réclame la perpétuité

Jeudi matin, l’avocat général Marianne Lejeune a requis devant la cour d’assises la peine de réclusion criminelle à perpétuité contre Philippe Roufflaer.

Dans son réquisitoire, elle n’a relevé aucune circonstance atténuante en faveur de l’accusé. «Les deux petites filles ont crié, supplié et tenté de repousser leur agresseur. Elles n’ont eu aucune circonstance atténuante lorsqu’il leur a ôté la vie.»

L’avocat général a aussi indiqué que Philippe Roufflaer n’avait pas totalement vidé son sac sur les circonstances. Elle a encore épinglé la violence avec laquelle l’accusé avait exécuté ses enfants. Puis, elle a évoqué la personnalité de l’homme, avec ses traits narcissiques, impulsifs et antisociaux.

Le ministère public a estimé que la peine la plus lourde devait sanctionner les faits. Mais, afin de protéger la société de ses agissements, l’avocat général a également requis une mise à disposition du tribunal de l’application des peines.

La défense, Me Maxim Töller et Me Renaud Molders-Pierre, a évoqué les circonstances atténuantes qui pourraient influencer le taux de la peine et lui donner un sens. Me Töller a évoqué l’enfance de l’accusé marquée par la séparation de ses parents. Il a évoqué le désamour de son père qui a pesé sur sa personnalité.

«Philippe Roufflaer a été occulté ces dernières années par les aspects sombres de sa personnalité. Mais il subsiste en lui encore un côté clair. C’est ce côté qu’il faut nourrir avant de lui impliquer sa peine. Seul l’espoir peut faire changer un homme. La perpétuité n’offre pas cet espoir», a plaidé la défense.

«Je regrette ce que j’ai fait», a indiqué l’homme en milieu de matinée, dans l’attente de la délibération sur sa peine.

Le jury suit la demande de l’avocat général

Peu avant midi, le jury de la cour d’assises a déclaré Philippe Roufflaer coupable des deux assassinats de ses filles ainsi que d’un incendie volontaire. Le jury a aussi souligné que l’homme avait fait ingurgiter à ses filles des médicaments, pas pour leur épargner le spectacle de son suicide mais pour atténuer leur résistance ou leurs souffrances dans la mort qui leur était réservée.

Après une ultime délibération, le jury et la cour ont condamné Philippe Roufflaer à la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Pour motiver leur décision, les jurés ont notamment tenu compte de la gravité extrême des faits d’assassinat, le fait qu’il a décidé de mettre fin à la vie de ses enfants alors qu’il devait les protéger, sa personnalité narcissique, arrogante et indifférente ainsi que son degré de psychopathienté.

PHOTOS ET VIDEOS
LES PLUS RECENTS